Christophe
Conducteur De Trains
Secteur d'activité Conduite

Profil de Christophe

Expériences

D'apprenti SNCF dès 16 ans à conducteur de trains.
J'ai intégré l'entreprise SNCF en 1991 à l'âge de 16 ans, après le collège, pour y faire mon apprentissage dans la maintenance des trains. 2 années riches à Vitry S/Seine qui se sont achevées avec un BEP de Maintenance option ferroviaire. Une belle transition aussi entre l'école et la vie active.
Ensuite, direction Lyon, et quelques mois passés aux ateliers, entrecoupés par mon service militaire.
Avril 95, je débute ma formation de conducteur au dépôt de Vénissieux, elle s'achève 1 an plus tard.
Le 15 mai 1996, j'assure mon premier train, seul. C'est comme si c'était hier... Et pourtant ça fait déjà 20 ans que je parcours les rails du Sud/Est et un peu au delà à présent puisque depuis 3 ans, et une nouvelle formation, je conduis des TGV de Lyon vers Paris, Strasbourg, Toulouse ou Genève entre autres...
En parallèle j'ai été pendant près de 10 ans intervenant en milieu scolaire, une nouvelle expérience très enrichissante.

Poste actuel

Je suis conducteur de ligne TGV
J'assure de jour comme de nuit la conduite de trains assez variés.

Après 1 année de formation à la conduite des trains, et ma réussite à l'examen, j'ai été nommé en avril 1996.

Pendant 17 ans, j'ai conduit des trains de Fret, de Messageries, des TER périurbains ou de longue distance, et des Intercités.

Après changement de dépôt et formation à la conduite TGV, mes missions ont évolué en 2013. Désormais, je fais...
Des TER de Lyon vers Grenoble, Genève ou Dijon.
Des Intercités de nuit, de Lyon vers Paris-Austerlitz ou Marseille.
Des trains porte-autos, vers Paris-Bercy ou Marseille.
Des TGV vers Paris, Marseille, Toulouse, Strasbourg, Grenoble, Genève ou encore St Étienne.

Dans quelques années, des missions vers Nantes, Rennes ou Lille viendront s'ajouter.

C'est un métier qui demande beaucoup d'autonomie, de rigueur et d'organisation. On est plutôt solitaire.

Motivations

C'est un job qui me correspond, entre autonomie et rigueur.
Dejà tout petit, comme pas mal de petits garçons, j'aimais aller voir les trains, j'aimais voyager en train, synonyme de vacances chez les grands-parents.

Un jour, à l'arrivée gare d'Austerlitz, je descends du train corail avec mon grand père, et il me dit : "Allez viens, on va serrer la main du mécano !"
Nous arrivons près de la locomotive qui nous avait remorqué depuis Cahors. Au milieu des odeurs d'huile chaude, nous échangeons quelques mots (ainsi que la fameuse poignée de main) avec notre conducteur. Une petite photo devant la CC6500 immortalisera sur papier glacé ce qui restera, à jamais, dans ma mémoire d'enfant, comme un moment presque magique.

Il y a à peine 1 an de ça, même gare d'Austerlitz, il est 7h38, je viens d'immobiliser le train de nuit en provenance de Nice et Briançon que j'ai relevé vers 2h20 à Lyon. Je suis fatigué.
Pendant les opérations de dételage, un jeune garçon s'approche et regarde vers la cabine avec intérêt... Je me revois plus de 30 ans avant, au même endroit, la magie opère... Je me revois dans ce petit bonhomme aux cheveux ébouriffés par une nuit dans sa couchette.
Je descends, échange un peu avec lui sur le voyage qu'il vient de faire, et assez naturellement propose à sa maman qui observe la scène de nous faire une petite photo souvenir, qui sera cette fois enregistrée sur carte mémoire...

Tout le monde repart, je reste là, très ému de cette expérience dont il se rappellera, peut-être, toute sa vie.

Conseils

Ne pas brûler les étapes, atteindre la maturité.
Conduire un train n'est pas comme se balader en forêt en Vélib'... Cela demande un grand sens des responsabilités, de la rigueur, de l'organisation.
Il faut savoir respecter une bonne hygiène de vie, gérer son sommeil.
Certains passionnés vont à l'échec car ils vivent leur passion avant leur métier. Les deux peuvent être gérés simultanément, mais c'est toujours le métier, et la sécurité qui doivent primer. C'est ce qui fait la valeur de notre métier, ce qui fait notre fierté au quotidien.
Par ailleurs, les contraintes sur la vie privée sont fortes et ne doivent pas être occultées quand on se projette dans ce métier. Les week-ends au travail, les soirées, ou les congés refusés font partie de notre quotidien.

Réussites

Après 20 ans, j'aime toujours mon métier comme au premier jour !
Chaque métier est ce que l'on en fait. Il y a des évolutions bien-sûr, liées à l'organisation de l’entreprise ou au management. Mais il y a aussi la façon d'aborder son métier, l'intérêt qu'on y porte et qui fait qu'on va s'y épanouir... Ou pas.
Je tâche chaque jour de faire en sorte que mon métier reste intéressant, je m'y investi, je ne me relâche pas. Rien n'est jamais acquis. Il n'y a pas de héros.
A ce jour je n'ai jamais eu d'incident grave responsable. Il faut pour autant savoir rester humble et attentif, du premier au dernier train de sa carrière...

SNCF

Notre cœur de métier, c’est le train ; mais pas que le train. Notre Groupe à vocation de service public propose une offre complète de solutions de mobilité, grâce à ses cinq métiers :
SNCF RÉSEAU, SNCF VOYAGEURS, KEOLIS, SNCF Logistics,SNCF IMMOBILIER

Visiter le site